Visuel de la partie admin
Coordonnées de l'ENSACF
    Se connecter  
Publications


Le Philotope n°9,
octobre 2012 :
« L’objet-milieu »
numéro coordonné par Antonella Tufano, avec les participations de Yasmine Abbas, Patrick Beaucé, Stéphane Bonzani, Francesca Cozzolino, Christian Debize, Jacqueline Febvre, Christian François, Igor Guatelli, André Guillerme, Agnès Levitte, Thierry Marcou, Aurélie Michel, Yann Nussaume, Nancy Ottaviano, Julien Perraud, Marion Roussel, Joseph Salamon, Jean Tabouret, Antonella Tufano, Nadine Wanono, Chris Younès


C’est en tant que changement paradigmatique privilégiant des dispositifs de relations, que se développe, dans le contexte du « développement durable », la problématique de l’objet-milieu. En effet, un milieu comme un lieu ou un biotope requièrent de comprendre les interactions et les dynamiques naturo-culturelles d’interpénétrations et d’interdépendances, que ce soit entre facteurs climatiques, mécaniques et chimiques, biotiques ou culturels. Un milieu est matériel et mental. Il est « psycho-géographique » ; il est fluctuant ; il a ses heures et ses rythmes. Il vit et donc s’éveille et s’endort. Il s’agit d’optimiser à la fois les rapports de l’anthropisation au milieu naturel et les conditions du vivre-ensemble. En design, de la conception à la production 1, il apparaît désormais à nouveau nécessaire de savoir s’ajuster aux contextes, de s’attacher aux situations locales avec leurs spécificités, et ce quelles qu’en soient les échelles, plutôt que de procéder à une tabula rasa ou d’en rester à des modèles génériques ou des recettes préétablies incapables de prendre en compte les conditions d’implantation d’un projet. Une telle production procède à travers des milieux qui lui préexistent, mais dans lesquels elle va susciter une inflexion, une variation, une modulation (« comme si le navire était un pli de l’océan ») - en introduisant une coupure ou un seuil, un pont ou une porte, des étanchéités ou des filtres, des porosités ou des densifications, des lumières et des ombres, des trouées et des puits. L’articulation de ces différentes opérations parvient parfois à l’invention d’un monde. Ainsi, la pensée de l’objet-milieu devrait encourager des processus de régénération des milieux habités qui sont généralement dans un état très grave d’épuisement et de délabrement. Osons cette perspective vitaliste, ne serait-ce que pour l’expérimenter dans toutes les directions. Un milieu comporte des moments et des événements. L’objet-événement peut s’y adapter ou s’en évader et le recomposer. Physique, poïétique et noétique s’enchevêtrent dans une écosophie des objets qui est à la fois mentale, politique, technique et terrestre. On aura compris que parler d’objets-milieux, c’est insister sur la pluralité des milieux, sur ce qui est entre eux et qui les relie mais aussi ce qui les recrée. Nous espérons que ce Philotope donnera encore une fois satisfaction à ses lecteurs et amis, et suscitera leur intérêt pour le numéro 10 à venir, lequel sera piloté par Silvana Segapeli (ENSA Saint Étienne) et portera sur la thématique : « Pour une théorie des impermanences ».

Chris Younès


1. Comme le montre le travail de recherche-création conduit à l'École Supérieure d'Art et Design d'Orléans. L'objet-milieu est un des axes de recherche, proposé par le Gerphau, que l'ESAD d'Orléans, dirigée par Jacqueline Febvre, a choisi pour développer un parcours de recherche entre 2012 et 2014. D'autres écoles d'art sont associées à ce programme, notamment l'École Nationale Supérieure d'Art de Nancy, dirigée par Christian Debize.


Cliquez ici pour télécharger le sommaire complet

page précédente <<
archives <<

Messagerie personnelle Serveur SWAP Moteur de recherche archi.fr   Bibilothèque ENSACF Retour à l'accueil Imprimer la page
Aide : en construction
Plan du site : en construction