Visuel de la partie admin
Coordonnées de l'ENSACF
    Se connecter  
Etudiants, vous cherchez un lieu de stage



Le choix du lieu de stage
Rappelons qu’un stage au moins dans les deux cycles doit être fait hors agence d’architecture.
Votre réflexion sur le lieu de stage peut être guidée par vos enseignants de projet ou par tout autre enseignant de l’école.
Vous devez être attentif au choix de la structure mais surtout au programme de stage que peut vous permettre cette structure, et à l’encadrement qu’elle vous propose pour vous permettre d’approfondir une thématique ou de découvrir des facettes de la pratique professionnelle.
Ne vous précipitez pas sur la première proposition, prenez le temps de réfléchir à ce que vous attendez de ce stage, et à ce que vous, de votre côté, êtes en mesure d’offrir à un organisme d’accueil. Mettez plusieurs propositions en comparaison.
La question de la durée de votre stage est  assez essentielle : le programme pédagogique de l’école fixe une période minimale. Sachez en effet q’un organisme d’accueil préfère les stages longs aux stages courts car cela permet d’établir une relation de confiance plus forte, de suivre des projets sur une durée plus proche de la réalité professionnelle, de vous confier progressivement plus de responsabilités, etc…

Tenez compte également des conditions matérielles inhérentes au fonctionnement de l’organisme d’accueil : un endroit pour travailler, les logiciels informatiques utilisés au quotidien dans la structure, l’existence ou non de déplacements professionnels,  une gratification…



L'indemnisation
Les stages obligatoires et non-obligatoires
A compter du 1er juillet 2006, le dispositif des stages en entreprises supprime la distinction entre stages obligatoires et non obligatoires. Ils doivent être ratifiés par la signature d'une convention tripartite entre l'établissement d'enseignement, l'entreprise d'accueil et le stagiaire.
Un stage (renouvellement compris) ne peut excéder une durée totale de plus de six mois.
Lorsque la durée du stage est supérieure à 3 mois consécutifs, celui-ci fait l'objet d'une gratification. Il n'existe aucune obligation en matière d'indemnisation ou de rémunération des stagiaires pour les stages inférieurs à 3 mois. A vous de vous mettre d'accord avec l'organisme d'accueil sur ce qui est possible et souhaitable. Des gratifications peuvent être attribuées par l'organisme d'accueil à un stagiaire.

Le décret n°2006-757 du 29 juin 2006 (JO du 30 juin 2006) a fixé le seuil à 12,5 % du plafond horaire en vigueur au 1er janvier de l'année de stage, calculé sur la durée légale du travail (151 h 67), soit à compter du 1er janvier 2008 : 398,13 €*.

La gratification dont le montant horaire est supérieure à 12,5 % du plafond horaire doit donner lieu au versement des cotisations et contributions patronales et salariales selon le droit commun, pour la fraction excédant le seuil, même si la gratification totale reste inférieure à 398,13 € pour le mois considéré.

*N’ est pas soumise à cotisation la fraction de rémunération (en nature et/ou en espèces), qui n’excède pas pour un mois civil, le produit du pourcentage du plafond horaire défini par l’article L.241-3 du code de la Sécurité sociale et du nombre d’heures effectuées pour le mois considéré. Au-delà de ce seuil, les cotisations et contributions patronales sont dues selon le droit commun, pour la fraction excédent ce seuil et non plus dès le premier euro.



Vos démarches administratives
Le stage fait l’objet d’un suivi pédagogique par un enseignant responsable pédagogique de stage, choisi parmi la liste des enseignants titulaires ou associés habilités à encadrer des stages. Prenez contact avec lui dès la recherche de stage, cela facilitera la définition de son contenu et cela évitera tout retard dans votre démarche.

Avant le démarrage du stage, l’étudiant doit préparer conjointement avec l’enseignant responsable pédagogique de stage et avec son organisme d’accueil un programme de stage. Ce programme doit être le plus complet possible. Il ne doit pas être conçu comme un cahier des charges contraignant mais comme un canevas résultant d’une double réflexion de l’étudiant sur ce qu’il attend de son stage et de l’organisme d’accueil sur ce qu’il attend de son stagiaire.
Le maître de stage est la personne responsable du stage dans le lieu d’accueil. Il assure le suivi du stagiaire.

La concrétisation de votre stage passe par la signature d’une convention de stage. Signée entre l’étudiant, l’entreprise et l’établissement d’enseignement supérieur, elle permet de préciser le déroulement et le contenu du stage. Elle permet au stagiaire de garder son statut d’étudiant, pris en charge par l’établissement au niveau de la sécurité sociale et des risques en matière d’accident du travail. La convention précise la durée du stage, son programme, les conditions d’accueil (indemnisation ou rémunération, frais éventuels de déplacement…), le suivi par chacune des parties.
La convention de stage s’apparente à une sorte de contrat « gagnant gagnant » : l’entreprise donne de son temps et attend un résultat. Mais si le stagiaire constitue une force vive supplémentaire, il ne doit  pour autant lui être assigné des objectifs de rentabillité. Il est aussi là pour apprendre et pour apporter son point de vue.

Elle sera diffusée individuellement dans vos boîtes aux lettres après la rentrée ainsi que la procédure à respecter concernant les stages obligatoires.
La convention, établie en 3 exemplaires originaux, doit être complétée et signée par l’ensemble des parties et déposée au bureau des stages impérativement avant le début du stage (minimum 8 jours) ceci pour des raisons de couverture en cas d’accident.
Après vérification, c’est le bureau des stages qui transmet en dernier lieu les conventions pour visa au directeur de l’école.
L’ordre de signature est le suivant : l’enseignant responsable pédagogique de stage, le maître de stage, l’étudiant, et enfin le directeur de l’école (par délégation, le responsable administratif).



Fin de stage et validation
L’étudiant doit demander à l’organisme d’accueil à l’issue de son stage une attestation de fin de stage (pièce fournie initialement avec la convention de stage). Il remet un exemplaire du rapport de stage à l’organisme d’accueil.
L’étudiant doit remettre à l’enseignant responsable pédagogique de stage l’attestation de fin de stage, le procès-verbal de validation vierge du stage ainsi qu’un exemplaire de son rapport de stage. L’enseignant donne une appréciation sur le rapport de stage.
L’étudiant retourne ensuite au bureau des stages :

  • l’attestation de fin de stage (exemplaire original sans l’ intégrer au rapport de stage)
  • un exemplaire du rapport de stage

Quant au procès-verbal de validation, il sera complété et transmis uniquement par l’enseignant responsable pédagogique.
(Voir le planning des stages de l’année universitaire en cours pour les dates exactes de rendus)



Prolongation
Une éventuelle prolongation, si elle est nécessaire pour la finalisation du stage peut être décidée. Dans ce cas, celle-ci fait l’objet d’un avenant à la convention de stage initiale. L’étudiant en fera la demande auprès du Bureau des stages. Il devra justifier sa demande et recueillir la signature de l’enseignant responsable pédagogique du stage et de l’organisme d’accueil. En aucun cas, un stage ne pourra excéder 6 mois.

 

Absence
Afin d’éviter tout malentendu avec l’organisme d’accueil, les règles de la bienséance sont à respecter en cas d’absence.
Faites la démarche de téléphoner si vous ne pouvez pas être présent.
Lors de périodes d’examens ou pour un rendez-vous particulier, pensez à prévenir suffisamment à l’avance l’organisme d’accueil ainsi que votre maître de stage. Dans tous les cas, y compris pour maladie, vous devrez fournir un justificatif.


Interruption de stage
Si l’étudiant rencontre des difficultés lors de son stage, il ne doit pas arrêter le stage de son propre chef mais, dans un premier temps, faire le point avec le maître de stage. Si nécessaire, l’étudiant prend contact avec son enseignant responsable pédagogique de stage pour analyser la situation et trouver des solutions.
Le stage peut être interrompu par l’une ou l’autre des parties. Dans ce cas, l’étudiant fournit un rapport de stage, ainsi qu’une attestation de stage sur la période effectuée et procède à la validation comme ci-dessus. Il complète ensuite la période manquante par un autre stage et procède pour la validation comme à l’habitude.

Pour toute interruption de stage, l’étudiant doit impérativement en informer le bureau des stages.

retour <<

Messagerie personnelle Serveur SWAP Moteur de recherche archi.fr   Bibilothèque ENSACF Retour à l'accueil Imprimer la page
Aide : en construction
Plan du site : en construction