Les réseaux scientifiques thématiques et pédagogiques (RSTP), label du ministère de la Culture, habilités par le Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (BRAUP), visent à développer et promouvoir, dans l’espace national, européen et international de la recherche, les productions scientifiques dans les domaines de l’architecture, de la ville et du paysage. Les RSTP sont complémentaires des unités de recherche des ENSA du fait du caractère fortement thématisé de leur projet scientifique, mais également en raison de leur capacité à agréger des forces réparties dans des aires géographiques et disciplinaires larges.
Dans le cadre de l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand des interactions thématiques peuvent s’établir entre les réseaux et Ressources donnant alors lieu à des productions scientifiques dans des revues (comme le Philotope par exemple ou dans le cadre de colloques).

/ Réseau PhilAU
/ Réseau Espace Rural & Projet Spatial (ERPS)
/ Réseau Architecture, Patrimoine et Création (APC)
/ Réseau Centre SUD
/ Réseau ENSA-ECO

Réseau Philau

Direction scientifique : David Marcillon
Financé par le Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (BRAUP)

Le Réseau Scientifique Thématique Philau, basé à l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand depuis 1984, habilité par le ministère de la Culture en 2006, agit avec Ressources pour penser nos mondes habités entre Architecture et Philosophie.

 

Le Réseau Scientifique Thématique Philau Philosophie Architecture Urbain est une plateforme initiatrice de questionnements ouverts et partagés entre deux disciplines initiales, l’Architecture et la Philosophie… Plateforme internationale co-construisant, pilotant des actions et diffuseur régulier de publications avec des partenaires institutionnels ou réseaux majeurs, le RST Philau cherche à ouvrir de nouveaux horizons de pensées, à voir et faire des mondes autrement, à saisir ce qui est à l’œuvre dans notre actuel, à en penser les « métamorphoses », en problématiser « les fronts de transformation » pour questionner et envisager de nouveaux penser-agir.

Depuis sa création à l’École d’architecture de Clermont-Ferrand en 1984, soutenu par le BRAUP et ministère de la Culture depuis 1995 puis habilité en 2006 lors de la création des « Réseaux Scientifiques Thématiques », le Réseau Philau mobilise philosophes, architectes, urbanistes, paysagistes, artistes, chercheurs, doctorants, étudiants, enseignants, scientifiques dans une forme d’interdisciplinarité critique et créative… De ces rencontres aux regards multiples, naissent des évènements, réflexions et expériences, ouvrages collectifs. Entre recherche, enseignement, pratique, au sein de domaines de savoir et d’action liés aux environnements construits, le Réseau Philau œuvre pour une Philosophie de l’Espace, des Lieux et Milieux Habités, de l’Architecture, de l’Urbain, et ouvre des espaces de réflexions, de valorisation pour de nouvelles pratiques et recherches architecturales. En synergie avec d’autres partenaires institutionnel, Réseaux ou structures de recherche (GERPHAU, ARENA, Cité de l’Architecture), sous la direction de David Marcillon enseignant chercheur à l’ENSACF et la présidence du conseil scientifique du réseau par Chris Younès, le RST Philau œuvre à l’organisation de colloques ou évènements, à la direction ou au soutien de publications de références, et à la diffusion d’une revue annuelle à comité de lecture « le Philotope ».

Structure de valorisation/diffusion de recherches, le RST Philau est aussi bien ‘animé par’ que ‘mobilisateur de’ membres de Ressources dans toutes ses actions ou publications, à découvrir sur le site www.philau.archi.fr. Il est partenaire auprès de Ressources du programme « À la recherche des territoires du possible. Résistances, initialités, archaïque ».

En savoir plus

Réseau Espace Rural & Projet Spatial

Direction scientifique : Xavier Guillot
Référents Ressources : Jean-Dominique PRIEUR, David Robin

ERPS, Réseau Scientifique et Technique rassemble 12 Écoles d’architecture, de paysage et d’agronomie. Dédié à l’apport de connaissances sur les mutations des territoires ruraux, il vise au travers de colloques, séminaires doctoraux et publications à tisser des liens fructueux entre enseignement et recherche.

 

Fondé en 2009 par des praticiens enseignants et chercheurs dans les domaines de la conception architecturale, du paysage et de l’aménagement, le Réseau Scientifique Thématique1 Espace Rural & Projet Spatial (ERPS) est né de la volonté d’établir des passerelles entre la recherche et le projet et contribuer activement à l’apport de connaissances sur les mutations des territoires ruraux.

Il rassemble aujourd’hui plus de 12 Écoles d’architecture, de paysage et d’agronomie signataires de la charte ERPS dont l’ENSA de Clermont-Ferrand dès sa création. Coordonné par Xavier Guillot2, il se structure en un comité scientifique et un comité de pilotage rassemblant les membres référents des écoles.

Il se donne pour objectifs :

→ d’élaborer de nouvelles approches en matière de recherche et d’enseignement concernant les mutations des territoires ruraux dans un contexte de métropolisation,

→ de rendre compte de dynamiques de projets remarquables à l’échelle territoriale paysagère et architecturale à l’aune des enjeux d’aménagement posés par les nécessaires transitions écologique, agricole, économique et sociale.

Ses activités couvrent quatre missions principales :

→ l’enseignement et la recherche (soutien aux ateliers de projet, organisation de séminaires doctoraux…) ;

→ l’organisation de rencontres annuelles (colloques et journées d’étude) ;

→ la publication d’ouvrages (collection Espace Rural & Projet Spatial) ;

→ la diffusion de connaissances (site internet, bibliothèque en ligne, exposition bilingue itinérante).

Les 8 colloques thématiques organisés ont donné lieu à la parution de 7 ouvrages (dernier paru volume 7 en 2018 Ruralités post-carbone : Milieux, échelles et acteurs de la transition énergétique, sous la direction de A. Coste et à paraître volume 8 en 2019, Transitions économiques et nouvelles ruralités, sous la direction de X. Guillot.)

En octobre 2019, un 9e colloque Ruralités en action ; imaginaire ressources, temporalités et pouvoirs d’agir, célébrant les 10 ans du réseau sera organisé par l’ENSA Lyon et le PNR des Monts d’Ardèche (appel à contributions en cours).

1/ le RST ERPS est habilité par le Bureau de la Recherche Architecturale Urbaine et Paysage (BRAUP) du ministère de la Culture. Il est accueilli par l’ENSA de Saint-Étienne et financé en grande partie par le Fonds national d’aménagement et de développement du territoire (FNADT) du Massif central, le BRAUP, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l’Ensa de Saint-Étienne.

2/ Xavier Guillot est Professeur de l’École nationale supérieure d’architecture de Bordeaux en Ville et Territoires, chercheur associé IPRAUS (ENSA Paris-Belleville) et responsable scientifique du Réseau Espace Rural et Projet Spatial.

En savoir plus

Réseau architecture, patrimoine et création

Direction scientifique : Philippe DUFIEUX
Référente Ressources : Mathilde Lavenu

 

Le réseau Architecture, Patrimoine et Création (Réseau APC) est un réseau scientifique, thématique et pédagogique qui positionne l’Histoire au cœur de l’enseignement de l’architecture.

Le réseau Architecture, Patrimoine et Création, habilité au 1er janvier 2018 par le ministère de la Culture, entend souligner la qualité essentielle que revêt l’Histoire dans l’enseignement de l’architecture : celle de mettre en relief les relations fécondes entre analyse et projet ; le projet s’affirmant comme l’un des lieux d’exploration et d’expérimentation privilégiés de l’Histoire. Nul domaine n’est peut-être plus à même de tisser des liens entre la formation, l’enseignement, la pratique et la recherche que celui relatif à l’intervention sur l’existant, à la restauration du patrimoine comme à la réhabilitation.

Dans cette perspective, le réseau APC a pour ambition de construire un espace de dialogue, d’échanges et de réflexion portant sur la place des héritages architecturaux, patrimoniaux et urbains dans les dynamiques de projet au service des enseignants et des étudiants en architecture en dépassant les seuls objets et temporalités pour interroger les postures et les pratiques, les théories et l’éthique professionnelle et les problématiques de durabilité.

Le réseau réunit les vingt Écoles nationales supérieures d’architecture auxquelles s’ajoutent l’École de Chaillot et une dizaine de partenaires internationaux.

L’École nationale d’architecture de Lyon assure la direction du réseau (Philippe Dufieux, ENSA de Lyon) assisté par un bureau (Benjamin Chavardès ENSA de Lyon, Mathilde Lavenu ENSA de Clermont-Ferrand et Étienne Léna ENSA de Grenoble).

Gwenn Gayet-Kerguiduff et Mathilde Lavenu sont membres du conseil scientifique du réseau APC.

En savoir plus

Réseau CENTRE SUD. Pratiques et pédagogies coopératives

Direction scientifique : Agnès Deboulet, Muriel Girard, Rainier Hoddé, Khedidja Mamou, Merril Sineus (Ensa Paris Val de Seine)

Référents Ressources : Amélie Flamand, Rémi Laporte.
Rémi Laporte est également membre du conseil scientifique du réseau.

Le réseau Centre SUD / Pratiques et Pédagogies Coopératives se structure autour de trois axes.

 

Le premier participe au débat universitaire et professionnel autour des « situations urbaines de développement » et des devenirs des quartiers populaires confrontés à des « problèmes de développement humain ». Le second axe approfondit le chantier des pédagogies coopératives en poursuivant la constitution d’un réseau d’enseignants. Ses membres vont à la rencontre de la société civile et mobilisent les étudiants sur des questions qui conjuguent formation universitaire et utilité sociale. Ces deux axes convergent autour de « pratiques collaboratives » qui mettent en relation universitaires, professionnels et citoyens, et constituent un troisième axe. Celui-ci vise de nouveaux savoirs, mais aussi l’identification et la formation d’acteurs orientés vers le développement humain, la promotion de principes de justice, la nécessité de développer le lien social, ou l’articulation d’engagements professionnels et citoyens.

Trois objectifs animent le réseau. Ils définissent une façon de se situer dans l’espace de la recherche qui favorise les échanges, la formation « pair à pair », la transversalité entre chercheurs, professionnels et citadins organisés ou engagés :

→ Se former et informer de façon approfondie et critique, multi-située sur les questions d’habitat majoritaire, de logement (du bidonville à la consolidation), de qualité des espaces publics, de valorisation des tissus urbains anciens et des pratiques et représentations patrimoniales qu’ils véhiculent, par l’observation de manière croisée des situations au Sud et au Nord en accordant une attention centrale aux pratiques de réhabilitation “symbolique” et matérielle, et à la prise en compte de la dimension participative.

→ Contribuer à élargir la palette des connaissances et des capacités d’apprentissage des étudiants tout en créant des ponts entre écoles d’architecture d’une part et avec des formations universitaires d’autre part. Il s’agit de réduire la distorsion constatée entre la formation de l’architecte et la réalité des contextes urbains, a fortiori dans des situations de vulnérabilité et d’incertitude, tandis que certains sont à la fois projeteur, médiateur et facilitateur.

→ Augmenter les capacités d’agir, la connaissance des outils de représentation permettant de transcender les barrières sociales dans la participation et de penser de façon « holistique », fédérer des initiatives de recherche sur ces sujets, et faire se rencontrer les acteurs intervenant sur l’habitat précaire et les récents développements des politiques publiques.

En savoir plus

Réseau ENSA-Eco

Direction scientifique : Dimitri Toubanos, Philippe Villien (ENSA Paris-Belleville) et Pascal Rollet (ENSA Grenoble).

Référent Ressources : Rémi Laporte, membre du cercle d’organisation du réseau.

Le réseau de l’enseignement de la transition écologique dans les ENSA a pour objectif d’initier et poursuivre une réflexion autour de l’enseignement et de la recherche sur la thématique de la transition écologique dans les écoles d’architecture, tout en fédérant les enseignants-chercheurs intéressés par cette thématique.

L’orientation du réseau se fonde sur une lecture des enjeux de l’architecture au 21e siècle, sur une dynamique d’engagement et sur le constat que la « transition écologique » implique une remise en cause profonde des pratiques politiques, économiques, sociales, culturelles et professionnelles.

Pour conduire cette mutation, une approche holistique apparait essentielle et la réponse du monde de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage à ce défi doit être une démarche écoresponsable.

Les sujets à aborder sont complexes et la situation actuelle impose des réponses rapides, créatives et généreuses. Elles ouvrent à une réinterprétation critique des savoir être, des savoirs et des savoir-faire ou à la fabrication de nouveaux savoirs. Toutes sont dignes d’intérêt dès lors qu’elles encouragent le partage des connaissances, la mutualisation des outils, la mise en commun des compétences et le retour d’expérience.

Au sein des écoles, il devient nécessaire de dépasser la logique de la compétition et de la concurrence pour aller vers celle de la coopération et de l’entraide, du prendre soin des personnes et des lieux, dans une attitude bienveillante. Cela induit aussi de nouvelles attitudes, des méthodes inventives et des solutions inédites pour fabriquer notre cadre de vie, que le réseau se propose de diffuser et de mettre en synergie sur un mode participatif.

Pour conduire ses travaux, le réseau a défini sept thématiques de réflexion et de débat :

→ forger une éthique ;

→ construire des processus pédagogiques collaboratifs et interdisciplinaires ;

→ renforcer la formation des enseignants-chercheurs aux fondamentaux écologiques ;

→ aborder le projet comme un écosystème ;

→ mettre en œuvre la transition écologique par l’expérimentation et la recherche ;

→ s’impliquer dans l’évolution des règles environnementales ;

→ soutenir les nouvelles pratiques et reconnaître les nouvelles expertises.

En savoir plus